S'identifier

Union Nationale des Propriétaires ImmobiliersDéfense et conseils aux propriétaires immobiliers
Moteur de recherche

Fiscalité immobilière : la coupe déborde !

Lors de son 12e observatoire des taxes foncières, l’UNPI a constaté que les impôts fonciers augmentent moins vite que lors des précédentes périodes étudiées, mais continuent tout de même d’augmenter de presque 12% en 5 ans ! Et si l’on contextualise, les chiffres s’emballent : les taxes foncières ont progressé 8 fois plus rapidement que les loyers, et 5 fois plus rapi- dement que l’inflation !

Par ailleurs, en créant un taux métropolitain, certaines villes ne diminuent pas d’autant la part communale comme à Nice où la taxe foncière à pris 20% en seulement un an ! À Lyon, la disparition du département au profit de la métropole n’a pas permis de baisse de la fiscalité locale, puisque le taux départemental devenu métropolitain a augmenté de 22% sur la période 2012-2017.

Enfin, l’Etat n’est pas en reste car la seule revalorisation des valeurs loca- tives, uniforme sur le territoire, entraîne une augmentation de 5,10% des taxes foncières sur 5 ans. Ne parlons pas de hausse de taxes d’habitation, de CSG et d’IFI au risque de se fâcher.

Il est annoncé une loi de finances spécifique à la fiscalité locale dès février prochain qui s’accompagnerait d’une réévaluation générale des valeurs locatives : nous exigeons que ce soit au moins à fiscalité constante, mais surtout pour une baisse durable de l’impôt.

Les propriétaires, étranglés, se détourneront de l’investissement immobilier si aucune mesure forte n’est prise. De plus, ils craignent le transfert de la taxe d’habitation vers la taxe foncière et la réorientation générale de la fiscalité locale sur les propriétaires. Nous demandons le blocage de la hausse des taux et de la revalorisation annuelle des valeurs locatives.

Le dossier de la réduction de la fiscalité écrasante qui frappe l’immobilier sera une des priorités de l’action de l’UNPI dans les semaines à venir.

Jean Perrin, président de l'UNPI

L'édito de Jean Perrin /novembre 2018