Février 2021 (Le Parisien)

A cause de la crise, les exploitants des 648 résidences gérées à la montagne ne versent plus les loyers depuis des mois. L’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) réclame un rehaussement du fonds de solidarité pour qu’ils puissent les payer.

La neige est là, mais les vacanciers risquent bien de bouder cet hiver les stations de ski. Depuis l'annonce de la fermeture des remontées mécaniques à cause de la crise sanitaire, les annulations s'enchaînent et le secteur s'affole. En première ligne : les 648 résidences de tourisme de montagne, qui anticipent une perte de 85 % de leur chiffre d'affaires sur la saison. Voilà plusieurs mois que les propriétaires de ces 44 000 appartements proposés aux touristes, via des résidences gérées, rencontrent des difficultés à percevoir les loyers censés être versés chaque trimestre par des exploitants comme Pierre & Vacances, Odalys, CGH ou encore le groupe Lagrange. Une mésaventure partagée également par l es propriétaires de cottages dans les Center Parcs.

« Depuis novembre, nous avons eu de nombreuses réclamations de la part de centaines d'adhérents, assure Pierre Hautus, le directeur de l'Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI). Les gestionnaires, qui ont certes une dette locative importante, mettent la pression et ne payent plus les loyers. »

(...)

Pour retrouver la suite de cet article :

Je clique ici